Des amis virtuels ?

Publié le par PH'ART

Dans l'article Mais au fond, qui sommes-nous ?  nous osons assimiler les membres virtuels de notre Réseau à des amis. Mais la notion d'ami et celle de virtuel sont-elles véritablement compatibles ? N'entendons-nous pas ici et là des critiques reprochants aux grands réseaux sociaux, type "Facebook" de pervertir la notion d'amitié. Et bien nous nous affirmons et revendiquons que les membres virtuels qui composent notre Réseau sont fondamentalement et authentiquement des amis et que celui qui n'y reste pas en ami ne constitue pas véritablement notre Réseau !

Pourquoi les amis virtuels ne seraient donc pas de vrais amis, authentiques ? On aurait tendance à répondre immédiatement par l'argument suivant : parce qu'ils ne s'aiment pas vraiment, authentiquement ! Nous n'avons pas tout à fait tort quand nous posons le critère "amour" comme mesure de valeur de l'amitié. En revanche, nous nous trompons assurément quand nous évaluons la force de cet amour à partir de son impact sur l'ami.

Pourquoi donc,  au carrefour de certaines relations, les chemins de "l'amitié" et de "l'amour" se présenteraient-ils  comme deux options directionnelles radicalement opposées si le chemin de l'amour et celui de l'amitié étaient parallèles ? C'est que si l'amour est effectivement une condition de l'amitié, cet amour ne doit pas dans ce cas porter sur l'ami mais sur un "objet" aimé en commun. Autrement dit, celui-ci est mon ami parce que nous aimons une certaine chose en commun, une certaine chose dont parfois nous jouissons existentiellement en commun.

Des amis sont des amis tant que ni l'un ni l'autre de ces amis en vient à confondre "l'objet" de l'amitié et celui avec qui il le partage. C'est justement à partir du moment où l'ami devient non plus complice d'une jouissance mais cause de la jouissance que l'amour et l'amitié se font dilemme.

La définition véritable de amitié est "personnes liées par l'amour d'un objet particulier". Il y a effectivement un objet qui unit nécessairement tous les groupes d'amis, y compris sur un réseau comme Facebook ; ce n'est pas l'amour entre les membres du réseau social qui fait l'authenticité de la qualité d'amis mais l'authenticité spirituelle de la personne qui se dit aimer l'état d'esprit du groupe auquel elle adhère, même si c'est pour quelques minutes. Ce qui implique que nous pouvons appartenir opportunément à plusieurs groupe d'amis.

"Derrière l'amour il y a toute une chaîne de pourquoi..." disait une chanson (Pallavicini / T. Cutugno / adapt P. Delanoe) ; et bien derrière l'amitié il ne doit justement pas y avoir de pourquoi ! Si l'amour est de nature mystérieuse quand à sa raison-d'être, la nature de l'amitié est au contraire fondamentalement objectivée ; on est amis parce que... et l'on doit savoir ce qu'est objectivement ce "parce que" !

Nous sommes authentiquement amis au sein de notre Réseau parce que nous partageons un état d'esprit, état d'esprit que nous appelons "volonté d'enchanter". Et cette volonté d'enchanter ne tient pas à la nature physique des personnes mais à leur mentalité, à une position de conscience. Ce que nous aimons en commun c'est le potentiel existentiellement enchanteur qui nous anime chacun. Ce qui est potentiel est par définition virtuel. Nous sommes virtuellement amis et amis virtuels !  

Mais être des amis virtuels ne signifie pas pour autant que nous soyons des amis irréalistes ! Nous savons que dès que notre potentiel spirituel produit un objet matériel ce dernier, pour être échangé rationnellement entre amis, doit nécessairement s'inscrire dans un système économique équitable - Une économie participative et enchanteuse.  ; d'où la fameuse expression " les bons comptes font les bons amis ! "  

Contact : s.phart@laposte.net

Lien vers un autre article : Eveillés certes, mais pas Indignés !

Commenter cet article