Evitons certaines contraintes de principe !

Publié le par PH'ART

Notre condition de vivants fait que nous subissons un certains nombre de contraintes existentielles. Ces contraintes peuvent être sériées en deux catégories : les contraintes naturelles - individuelles ou universelles -  et les contraintes sociales de types administratives, économiques, professionnelles et civiques. A cela s'ajoute les contraintes psychologiques d'ordres morales que nous pouvons considérer comme découlant indirectement ou directement de l'existence des premières.

Tous ces obstacles à notre libre et plein épanouissement existentiel sonnent plus ou moins comme des nécessités, voire pour certaines comme des fatalités. Il est pourtant un genre de contrainte existentielle que nous subissons par défaut de volonté ! des contraintes auxquelles nous pouvons échapper sans pour autant sombrer dans l'illégalité, la marginalité ou l'irrationalité.

Une non-négligable partie des contraintes auxquelles nous nous croyons inconsciemment attachées ne découlent effectivement que du non usage de notre libre-arbitre, de notre liberté. Il existe une multitude "d'objets" sociaux que nous pouvons "consommer" sans contraintes, ou du moins avec le minimum de contraintes, et ce à tous les niveaux de nos besoins primaires, secondaires et tertiaires ; ou selon une autre classification, nos besoins physiologiques, sécuritaires, affectifs, intégratifs ou relationnels et créatifs.

A chacun des ces niveaux existentiels nous pouvons trouver des "amis" - voir Des amis virtuels ? - qui répondent à nos besoins de manière enchanteuses, autrement dit qui produisent "quelque chose" avec la volonté constante et sincère de "faire plaisir" tant sur le plan tant qualitatif que quantitatif. Nous possédons le pouvoir de choisir, quand bien sûr c'est matériellement possible, de "consommer" de préférence chez nos amis d'esprit. Et, dans la mesure où nous produisons nous aussi "quelque chose" dans le même état d'esprit, ces "amis" sont aussi susceptibles de choisir de même de "consommer chez nous" !

Notre Réseau n'a pas pour vocation de développer et d'entretenir un marché ou une économie parallèle qui aurait pour principe de contourner les contraintes légales, juridiques ou fiscales mais tout simplement de contourner au maximum les contraintes de principe qui nous sont imposées par le seul fait de producteur existentiels animée par une certain mauvais état d'esprit collectif, état d'esprit que nous identifions conceptuellement comme "désenchanteur".

Notre Réseau a pour but de rapprocher ceux qui cherchent des produits ou services enchantés de ceux qui proposent des produits ou services enchantés ; les derniers pouvant au besoin devenir les premiers et les premiers les derniers. 

Vous recherchez un produit ou un service - voir Un panel d'activités enchanteuses.  censé répondre au critère qualitatif de ce Réseau et ce Réseau répertorie les produits ou services qui correspondent à son critère sélectif... la suite n'est qu'une affaire de mise en relation.

Nous ne proposons pas ici un espace d'exposition publique où le tout-venant des "consommateurs" et des "producteurs" viendraient comme dans une foire faire leur marché. Demander ou proposer  sont ici des démarches de l'ordre du privé ; c'est un Réseau au sens premier du terme. C'est à cette condition que nous pouvons assurer et préserver l'intégrité du bien qui le fonde.

Pour demander : s.phart@laposte.net                                  Pour proposer :Partagez vos ressources. 

Lien vers un autre article : Un Réseau de "bouche à oreille".  

 

 

Commenter cet article