L'Art de "faire plaisir".

Publié le par PH'ART

L'Art d'enchanter ses "amis" ne s'explique généralement pas et n'est généralement pas expliqué par celui qui le pratique, sinon le plus souvent par un simple et humble "j'aime faire plaisir". Alors, si nous parlions aujourd'hui de notre Réseau comme un réseau de personnes "qui aiment faire plaisir".

S'il y a bien un "label" que nous aimerions trouver sur la majorité de produits ou des services que nous devons "consommer" par nécessité physique ou psychique, ce serait, n'est-ce pas, un "label" de ce genre : "produit ou service fondamentalement proposé pour faire plaisir".

Seulement voilà, ce label " produit ou servi pour faire plaisir" n'en est pas un et ne peut authentiquement l'être ! Pourquoi ? Parce que dans la sphère spirituelle, ou dans celle de la conscience si vous préférez, Il n'existe aucune étiquette matérielle qui est une valeur certifiante ! On peut juridiquement contractualiser le principe économique qui régit notre Réseau, comme nous le proposons ici  contrat de membre participatif[1]  mais certainement pas matérialiser par un simple bout de papier le principe idéologique qui anime ce Réseau.

Qu'on le veuille ou non, nous ne pouvons véritablement régir nos relations enchanteuses qu'en nous appuyant sur la foi. Non pas sur la foi en une personne physique ou morale, en l'occurence ici une personne morale, la société qui gère notre Réseau, mais sur la foi en la réalité humaine de la vertu enchanteuse.   

Avoir foi en la vertu enchanteuse ne signifie pas que nous pensions naïvement que la volonté de "faire plaisir" soit la seule qui nous anime - sinon nous n'aurions pas besoin d'une gestion économique de notre Réseau - mais que nous croyons en la possibilité d'une production d'activités qui ont pour dynamique essentielle la volonté d'enchanter les "amis" qui les "consomment".

La volonté de "faire plaisir" est l'essence même qui anime la société PH'ART depuis sa création ; sans cette essence primordiale, cette dernière n'aurait jamais trouvé la force de se constituer formellement à partir du chaos d'idées qui précède tout acte authentiquement créatif et encore moins la force de supporter les épreuves désenchanteuses qui s'abattent nécessairement sur toute oeuvre qui se veut socialement originale.

Placer sincérement la volonté de faire plaisir, la volonté d'enchanter son prochain, avant toute autre considération, notamment celle de l'économie et du "qu'en-dira-t'on" n'était pas une mince affaire sociale pour une société qui était seule à porter socialement ce projet  !

Sur le plan économique, la problématique était, comment produire des richesses ( en fait comment survivre socialement ) à partir d'une valeur ajoutée de nature immatérielle ? Si encore cette valeur ajoutée avait été de nature religieuse ou dogmatiquement sectaire ! mais là non, elle est seulement, s'il on peut dire, spirituelle, au sens psychologique du terme. 

Sur le plan du "qu'en dira-t-on" la problèmatique était, comment interpeller des "partenaires d'esprit" ? Quel langage "politiquement correct" employer pour être entendu par ceux qui son censés entendre l'appel sans passé socialement pour un utopiste, pire, un illuminé ?   

Pas plus qu'il n'existe de label matériel qui sanctionne la volonté de "faire plaisir", il n'existait de garantie formelle quand à l'existence effective de personnes désirant véritablement adhérer idéologiquement à un Réseau social dont la vocation est l'Enchantement. A ces deux problématiques la seule réponse possible était "faire pour voir", ce qui pour le coup constitue un acte de foi on ne peut plus authentique !

Nous avons fait et à présent nous voyons ! nous voyons que faire acte de foi est le lot existentiel de chacun d'entre-nous qui plaçons le "vouloir faire plaisir" comme moteur de nos activités, quelles que soient la nature de nos activités - voir Un panel d'activités enchanteuses.  . Nous voyons que cette volonté enchanteuse de Vie ne suffit généralement pas à faire de nos activités des produits économiquement viables.

Mais nous voyons aussi et surtout maintenant que, aussi singulière soient-ils quant à leur manière de se manifester, nos états d'esprits enchanteurs trouve à se refleter dans un Esprit collectif ! Nous voyons à présent grâce à ce Réseau qu'il existe bien, heureusement, une sphère spirituelle commune et un marché matériel commun pour les enchantés et les enchanteurs ! Faites connaître votre manière de "faire plaisir", cliquez ici : .Partagez vos ressources. 

Contact : s.phart@laposte.net

Lien vers un autre article :Mais au fond, qui sommes-nous ?  

Commenter cet article