Les fruits et le marché de l'Enchantement.

Publié le par PH'ART

Imaginons l'humanité comme un individu terriblement affamé et la société humaine comme un tapis de fruits tombés au pied d'un arbre providentiel. Imaginons encore que parmi ses fruits un très grand nombre soient pourris. Quelle idée devrait logiquement immédiatement dynamiser notre entité vitalement insatisfaire ? Bien évidemment chercher parmi les fruits pourris ceux qui ne le seraient pas ou du moins ceux qui présentent encore une face bonne à croquer.

Et pourtant, contre toute logique existentielle, l'homme ne choisit pas cette option naturelle. Non. Que fait-il ? Et bien, soit il s'assied près de l'arbre en rêvant d'une hypothétique saison passée où tous les fruits étaient sains, soit il passe son chemin en espérant trouver plus loin un arbre portant des fruits mûrs à point, soit  - c'est l'option  la plus choisie aujpourd'hui, il frappe et blesse l'arbre pour exprimer sa frustration. 

On rappelle souvent ce fameux adage qui dit que l'on reconnaît un arbre à ses fruits. S'il est un fait que les fruits que nous trouvons aujourd'hui au pied de l'arbre-société sont en très grande partie "pourris", il n'en demeure pas moins que cet arbre est dans la réalité présente le seul qui s'élève concrétement sur notre chemin de Vie.

Au lieu de rêver aux arbres perdus ou d'attendre que les graines que nous plantons fassent de nouveaux grands arbres qui donneront peut-être des "bons" fruits à nos lointains descendants, nous pouvons au moins descendre de nos "cieux" et nous pencher vers la terre, y ramasser les quelques fruits sains ou pas tout à fait gâtés, nous en substanter personnellement et en distribuer collectivement l'excédent.

Alors, ramassons les bons fruits enchanteurs de vie comme nous le faisons ici, consommons en une partie sur place et allons sur le "marché" proposer le surplus. Car du surplus de fruits enchanteurs, il y en a, contrairement à ce que la tendance pessimiste qui flotte dans l'air du temps nous le fait penser. Oui, il y en a ! Pour les trouver il faut chercher et fouiller au pied de l'arbre-société là ou l'herbe est la plus haute et le sol un peu boueux.

Si nous admettons que l'arbre société produit effectivement encore des fruits enchanteurs et que nous pouvons en récolter beaucoup si nous prenons la peine de les chercher, comment des fruits enchanteurs,  donc authentiquement imparfaits, peuvent-ils trouver un place sur le "marché" à côté de la masse des fruits  exsangues de "substance" existentielle essentielle mais brillant extérieurement de tous les feux de l'artifice ? C'est la problématique qui anime fondamentalement ce Réseau !

Il ne s'agit pas de recouvrir nos fruits enchantés et enchanteurs d'une cire artificielle, de les rendrent socialement lisses et brillants, et  donc immédiatement attractifs sur le marché des strass et de paillettes mais de développer un "marché" de l'enchantement. Un marché ? une notion qui semble bien peu enchanteuse et poétique, vous direz-vous peut-être ? Mais un marché ce n'est pas seulement un espace d'économie financière ; c'est aussi un espace de partage spirituelle, un espace d'acteurs sociaux qui partagent une certaine manière de produire des fruits, en l'occurence ici de fruits enchanteurs ! Contact : s.phart@laposte.net

Lien vers un autre article : Réseau enchanteur cherche "animenchanteurs".

 

 

 

Commenter cet article