Marché et éthique sont-ils compatibles ?

Publié le par PH'ART

Marché et éthique sont-ils compatibles ? Voilà un questionnement dont le traitement se conclut la plupart du temps par la négative. Nous n'avons pas la prétention d'avoir les compétences pour analyser ce constat en profondeur, mais seulement d'en faire remarquer un fait marquant, relativement à la vocation de notre Réseau.

L'argument le plus souvent mis en évidence pour justifier l''incompatibilité entre les notions de marché et d'éthique est la spéculation boursière. Pour le dire simplement, on considère que ceux qui font la pluie et le beau temps sur le marché sont les actionnaires. Sachant que le but du jeu des investissements en actions est de faire fructifier le plus rapidement possible ses mises, il est aisé de comprendre que le "partenariat" entreprises-actionnaires ne peut pas être fondé sur l'éthique, y compris quand l'éthique est le faire de lance de l'entreprise ouverte aux actions. 

Nous avons tendance, nous les "petits", les "hip", qui portons authentiquement l'éthique en conscience - voir :  HIP ! hip ! hip ! Ethique !  , à jeter l'anathème sur les actionnaires des entreprises dites éthiques en leur reprochant justement de ne pas se soucier du dégré d'éthique réel des entreprises qu'ils entretiennent financièrement. Sur ce point nous nous trompons de cible. Un actionnaire est un actionnaire, il ne prétend pas être un bon samaritain !

De ce fait, l'argument posé pour justifier la non compatibilité des notions de marché et d'éthique, ne tient que si le marché de l'éthique est uniquement envisagé sous l'angle du partenariat entreprises-actionnaires privilégié par les grosses entreprises. Seulement, mise à part les quelques petits producteurs et acteurs locaux qui tirent leur épingle du jeu du marché de l'éthique, tous ceux qui emplissent le plus largement les rayons de supermarché de leurs produits labellisés, qui alimentent l'espace fourre-tout du dévelopement durable ou qui anime matériellement ou artistiquement les loisirs et le tourisme dit "verts" sont où directement des grosses entreprises où des structures qui leur sont affiliées.

Le seul moyen de préserver la vocation éthique d'une entreprise est de lui fédérer des partenaires qui adhèrent à sa vocation sans en devenir partiellement propriétaires ; ce qui n'empêche pas que ces partenaires soit par ailleurs financièrement intéressés. C'est ce principe que nous avons choisi d'appliquer à travers le développement de notre Réseau. A la question "marché et éthique sont-ils compatibles ?" nous répondons résolument oui ! Pour en savoir plus : Vue "pratique" du Réseau.  ;  Mille raisons de ne pas convaincre ! ; Le marché éthique des "petits".

Commenter cet article