Punk attitude et Happy Flower.

Publié le par PH'ART

Nous parlons beaucoup en "famille" d'amour, de fraternité, d'harmonie humaine et naturelle, bref d'Ethique existentielle. Nous parlons aussi de sagesse... Mais nous n'en faisons pas toujours preuve, notamment dans les rapports que, à moins de vivre sur une île déserte, et encore, nous sommes contraints d'entretenir avec la société. 

Si la "punk attitude" fait partie des modes d'expression de l'esprit hip, notamment chez les plus jeunes d'entre-nous, les raveurs et les teffeurs par exemple, elle est en revanche absolument incompatible avec la "mission" Happy Flowers, "mission" existentielle que nous n'avons pas beaucoup assumés ces derniers temps, n'est-ce pas !

On ne peut pas enchanter la société avec des tiges fleuries chargées d'épines. Pourquoi ? Et bien parce que la société, ne voyant spontanément que les épines rejetera le tout avant d'avoir pu apprécier les fleurs.

Nos produits, oeuvres, biens et services, ont beau être authentiquement inspirés et enchanteurs de Vie, ils ne se suffisent plus à eux mêmes quand ils sont projetés hors du cadre "familial" ; ils doivent alors être "adaptés" au cadre policé de la société plénière, un cadre qui est loin de correspondre à nos idéologies libertaires.    

Oui, on peut alors se dire que les règles de la société on s'en fout et ne retenir de la culture hip que l'heureuse utopie des microcosmes sociaux que sont les Rainbow Gathering et autres rassemblements hippies de moindre envergure. Mais dans ce cas, on occulte la dynamique existentielle fondatrice du mouvement hippies, à savoir la volonté d'Enchanter le monde ! 

 

Liens vers d'autres articles :  Cela vous direz une nouvelle saison "Happy Flower" ? ;  Les faits "hip". ;  La cigale hippie et la fourmi sociale. ;  "Hippies des champs" vs "hippies des villes". ;  Les "hippies", tous des ados ? ;  L'habit ne fait pas le "hippie" ! ;  L'habit ne fait pas le "hippie" ! ;  L'autre côté de la "Rainbow family". ;  Des "hippies" enchanteurs ! ;  New-Âge, l'Eveillé ? ;  Les Eveillés, des hippies repentis ?

Commenter cet article