La fable des Eveillés ou les Eveillés dans la fable ?

Publié le par PH'ART

Un homme trouva un oeuf d'aigle et le plaça dans un poulailler. L'aiglon vint au monde avec une couvée de poussins et poursuivit sa croissance avec eux.

 

Se prenant pour un poulet, l'aigle ne cessa d'imiter le comportement des gallinacés qui l'entouraient. Il grattait la terre afin d'y trouver des vers et des insectes. Il gloussait et caquetait. Il battait des ailes, ne s'élévant qu'à quelques centimètres du sol.

Les années passèrent et l'aigle devint trés vieux. Un jour il aperçut, volant dans le ciel sans nuages, un magnifique oiseau. Avec une grâce majestueuse, ce dernier se laissait porter par les courants, agitant à peine ses puissantes ailes dorées.

Le vieil aigle le regardait, émerveillé.

 

- Quel est cet oiseau ? demanda-t-il.

- C'est l'aigle, le roi des oiseaux, lui répondit un de se compagnons, Il appartient au ciel. Nous, nous nous apartenons à la terre - nous sommes des poulets.

 

C'est ainsi que l'aigle, dans la certitude qu'il avait d'appartenir à la basse-cour, vécut et mourut en poulet.

 

Extrait de Song of the Bird

Anthony de Mello

 


Comme les poulets de cette fable, nous les Eveillés vivons dans le poulailler des non-Eveillés. Mise à part celles qui nous dépassent par leur naturalité, toutes les contraintes sociales que nous subissons quotidiennent  sont inhérentes à un mode de Vie qui n'est pas par essence le nôtre.

 

Nous regardons vers le Ciel de notre Tradition et regardons passer les témoins de notre origine spirituelle authentique, de notre état d'esprit véritable.

 

- Qui sont ces témoins ? demandons-nous aux non-Eveillés.

- Ce sont des utopistes, des illuminés, des doux-rêveurs, nous répondent-ils évidemment.

 

C'est ainsi que nous Eveillés naissons et mourrons en non-Eveillés.

 

Est-il nécessaire d'ajouter autre chose ?

 

Lien vers un autre article du blog : Ici le monde ! Les Eveillés parlent aux Eveillés !

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Quichottine 25/03/2012 18:50


Non, ce n'est pas nécessaire...


J'aurais aimé vous accueillir chez les Doux Rêveurs de Quichottinie, vous y aviez votre place, c'est certain.


Mais hélas, cette communauté n'aura bientôt plus lieu d'être...


Je n'accepte plus de nouveau membre et j'en suis désolée.


Merci pourtant pour les mots lus ici.


Bonne continuation à vous.