Les faits "hip".

Publié le par PH'ART

Certains membres virtuels de notre Réseau peuvent s'interroger sur ce que peut bien être cette fameuse "Famille Rainbow" auquelle nous faisons référence sur ce Réseau. 

Cela va peut-être vous faire sourire, mais en vérité cette famille n'existe pas ! Où plutôt si, elle ex-iste à travers les moyens par lesquelles elle se manifeste mais elle n'existe pas en tant que structure formelle. La Famille Rainbow est à l'esprit "hip" ce que l'énergie est au "travail" en physique ; on constate les effets de l'énergie mais on ne la voit jamais en qualité de substance. 

Appréhender authentiquement la notion de Rainbow Family n'est pas chose facile, y compris, et peut-être surtout, pour ceux qui s'en revendiquent membres inconditionnels. Ces derniers ont tendance à confondre l'entité "Rainbow Family" avec les manifestations "Rainbow Gathering", les rassemblements nomades de "hippies".

Faire d'un rassemblement nomade "hip" le symbole de l'esprit "hip" c'est comme réduire le cyclisme à un groupe de cyclotouristes prenant l'apéro un dimanche matin à la terrasse d'un bar-PMU ou une entreprise à l'Arbre de Noël organisé par son comité.

On dit que personne ne peut récupérer dogmatiquement l'esprit "hip", qu'il est libre de souffler où il veut quand il veut. Pourtant, le fait est que depuis quelques années le "nomadisme" hippie tend, probablement inconsciemment, à devenir le dogme absolu du "hip".   

Selon ce dogme, l'esprit "hip" ne souffle que le temps des "Rainbow Gathering" ; du moins il ne souffle pas dans les rues de "Babylone", la société des méchants "yuppies". Et bien si, l'esprit "hip" est partout ! Il anime des artisans, des agriculteurs, des artistes, des professionnels du loisir et du tourisme, des animateurs de vie qui oeuvrent au coeur même de la réalité sociale et qui veulent vivre décemment de leur production ! 

La Rainbow Family est une "association de faits", une association virtuelle de membres qui partage un certain état de conscience, un certain état d'esprit qu'ils sont libres de faire ex-ister comme et où ils le veulent. Le nomade hippie aime à chercher sa terre promise, c'est son "enchantement" à lui et c'est très bien ainsi ; seulement, il ne doit pas pour autant faire de son espace utopique la "Mecque du hip" ! 

 

Liens vers d'autres articles :  La cigale hippie et la fourmi sociale. ;  "Hippies des champs" vs "hippies des villes". ;  Les "hippies", tous des ados ? ;  L'habit ne fait pas le "hippie" ! ;  L'autre côté de la "Rainbow family". ;  Des "hippies" enchanteurs ! ;  Ethique: le dire avec des pavés ou des fleurs ? ;  New-Âge, l'Eveillé ? ;  Les Eveillés, des hippies repentis ?

 

 

 

Commenter cet article